Français

avec les pêcheurs philippins rackettés par la Chine à Scarborough Shoal


REPORTAGE – Les tensions s’exacerbent ces derniers mois, alors que la Chine muscle à nouveau sa présence dans l’imposant récif corallien de 46 km de périmètre, situé à plus de 1100 km de ses côtes.

Envoyé spécial à Masinloc (Philippines)

Ses cheveux blonds décolorés que le vent décoiffe tranchent sur sa peau sombre tannée par le soleil de la mer de Chine du Sud. «Vous ramenez combien de poissons? 500 kg? C’est vraiment pas beaucoup», se désole Effren Forones dans son radio récepteur grésillant, alors qu’il scrute l’horizon, dans le cockpit de son frêle navire à balancier. Le «capitan» philippin communique avec un équipage au retour d’une campagne à Scarborough Shoal, un récif poissonneux à dix-huit heures de navigation à l’ouest, désormais contrôlé par les garde-côtes chinois. «En cas de tensions avec les milices chinoises, cette radio est cruciale. Elle permet de communiquer entre pécheurs pour s’alerter, lorsque la situation devient trop dangereuse», explique le capitaine de 62 ans, ancré au large de son port d’attache de Masinloc, sur la côte ouest de Luzon, la plus grande île des Philippines.

Les tensions s’exacerbent ces derniers mois, alors que la Chine muscle à nouveau sa présence…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Vous avez envie de lire la suite ?

Débloquez tous les articles immédiatement.

Déjà abonné ?
Connectez-vous


Apsny News

İlgili Makaleler

Bir yanıt yazın

Başa dön tuşu